Review Crackdown 3 est-il réellement un échec?

Après de nombreuses années d’attentes, c’est finalement à l’E3 2016 qu’a été dévoilée la suite d’une licence très attendue par les joueurs du monde entier, intitulée Crackdown 3, pour finalement sortir le 15 février dernier. Ce jeu qui fut vendu comme une exclu Microsoft méritant l’achat d’une Xbox One est allé jusqu’à modéliser l’acteur Terry Crews pour la promotion du jeu.

   

Voici ma review Crackdown 3

Et pour cause, nous sommes ici confrontés à un véritable hit pour Microsoft ! Peut-on alors dire que les équipes de Phil Spencer ont réussi ce GTA-like ? En tout cas, ce bac à sable semble à priori remplir ses promesses, toutefois qu’en est-il vraiment ? Voici ma review Crackdown 3.

On a perdu l’histoire du jeu !

Pour commencer, le jeu nous offre dès le début la possibilité de choisir notre personnage. Parmi cette liste de personnages, nous retrouvons l’acteur Terry Crews, qui se trouve être celui que j’aurais choisi d’incarner durant mon aventure. Cependant cette décision, bien qu’aux abords anodine, impactera les différentes statistiques de base de votre héros !

 

 

Arrive ensuite l’histoire, qui ne souffre d’aucun mal pour nous faire rapidement rentrer dans l’épopée. Néanmoins, celle-ci ne tarde pas à montrer son vrai visage ou plus précisément à disparaître totalement. Il ne s’agit ici que d’un scénario bateau et d’un prétexte afin de nous amener à combattre une poignée de boss jusqu’à arriver au boss final qui se trouve être {spoiler} la dirigeante de la ville. Sans parler des activités secondaires dont on fait rapidement le tour.

Et si on faisait tout exploser ?!

En effet, des activités annexes qui paraissent à première vue remplir leurs fonctions. Que ça soit la libération de certaines zones apportant davantage d’alliés dans votre quête ou encore la destruction pure et simple des entreprises causant une pollution comme nul autre. Ces occupations se retrouvent pourtant contraintes à la dure réalité… elles deviennent redondantes. N’étant ici que dans l’unique but de faire avancer les statistiques du protagoniste ainsi que de permettre un accès au nombreux boss qui n’ont quant à eux pas beaucoup plus d’intérêt. Dans la grande majorité des cas, il ne s’agira que d’une suite d’ennemis plus ou moins variés pour finalement tomber sur le boss qui n’est dans la plupart des cas pas si farouche, sans les différents adversaires autour du moins.

 

 

Les ennemis, lorsqu’ils sont en groupes, représentent en revanche un réel danger pour votre survie, chacun disposant de certaines caractéristiques uniques. Vous serez par exemple confrontés à des snipers, ou encore des colosses. Sans parler des humains ou robots disposant d’un bouclier qu’il faudra au préalable exploser avant de pouvoir s’attaquer à son détenteur, après rien ne vous empêche de brûler les deux simultanément, mais je ne vous ai rien dit.

Quoi qu’il en soit, afin de pouvoir tenir tête à cette milice, vous disposerez d’un inventaire d’arme tout aussi conséquent. Effectivement, le jeu nous donne accès à un nombre incroyable d’armes variées, comme des pistolets, fusils à pompe, lance-grenade et bien d’autres encore.

 

 

Toutefois ne vous méprenez pas, vous pourrez sélectionner seulement trois armes que le personnage portera sur lui. Néanmoins, rien ne vous empêche de modifier cette sélection dans un des camps alliés. Ces camps vous permettront également d’enregistrer différents véhicules, car oui GTA-like oblige, de nombreux véhicules seront également mis à votre disposition. Cependant, certains d’entre eux ne vous seront octroyés qu’après avoir amélioré la compétence adéquate de votre personnage. Justement, j’évoquais plus tôt avec la redondance des zones ennemis, ces nombreuses compétences se débloquent avec l’avancement dans vos statistiques. Parmi elles, on retrouve le corps à corps, armes, agilité, conduite, etc. Leur amélioration donne donc accès à de nouvelles compétences qui peuvent par exemple permettre l’accès à de nouveaux véhicules ou encore de nouveaux pouvoirs permettant de profiter bien mieux de l’expérience open-world.

Un open-world comme tant d’autres…

Un véritable open-world se cache en effet derrière ce gameplay à la prise en main rapide et agréable. Ce jeu rempli donc entièrement le cahier des charges du bon bac à sable. Offrant un terrain de jeu où il est fort bien de se perdre seul ou avec des amis, néanmoins il est en-dessous de ce qui se fait actuellement chez la concurrence. Le jeu a beau être un open-world, il reste moins vaste qu’un Red dead redemption 2 ou pour rester dans du concret, qu’un GTA V sortit pourtant en 2013. Le plus gros défaut, si vous ne l’aurez toujours pas deviné, est comme toujours la redondance. En effet, les décors restent tous plus ou moins identiques et l’on a rarement l’impression de s’éloigner.

 

 

En revanche, le jeu nous permet de faire absolument tout ce que l’on souhaite. Grâce au nombreuses armes mises à votre disposition ainsi que la mobilité de votre personnage, il vous sera permis d’accomplir chacune de vos idées avec une terrible facilitée. Toutefois, ne vous méprenez pas, vous n’aurez pas la possibilité de rentrer à l’intérieur de chaque bâtiment se trouvant dans votre vision mais à défaut, le jeu permet d’escalader chacun d’eux. On peut sentir une possible inspiration de Zelda : Breath of the Wild sur cet aspect-là. Donc, si vous ne deviez retenir qu’une seule chose, c’est que cet open-world, bien qu’excellent sur de nombreux points, manque cruellement de nouveautés. Malgré tout, il vous fera passer de bons moments en solo comme à plusieurs.

 

 

Ça passe ou ça casse…

Pour ce qui est des graphismes, ils sont relativement réalistes, ce qui n’est pas forcément toujours possible lorsqu’on met en scène un jeu futuriste même si je dois avouer avoir toujours du mal à le cataloguer entre utopie et dystopie. À mon sens, chacun a sa propre vision du futur et donner une réponse aussi manichéenne à cette question serait dans l’absolu purement subjectif. En tout cas, s’il y une chose que je puisse vous dire, c’est de ne pas vous fier aux trailers du jeu.

Ces derniers nous montrent une cinématique photo-réaliste, cependant en dehors de celle-ci, le reste des cinématiques du jeu prennent une forme de BD, un style, qui j’en suis persuadé, ne plaira pas à tout le monde.

Pour autant, rassurez-vous le jeu ne comporte que très peu de ces phases car comme vous l’aurez compris, il ne met pas forcément l’histoire principale au cœur des objectifs du joueur.

Mais alors au final, ça donne quoi ?

En définitif, Crackdown 3 est un jeu très en-dessous de ce qui se fait à l’heure actuelle. Les graphismes ne sont pas forcément ce qu’il y a de mieux, bien qu’ils cherchent une approche réaliste comme évoqué quelques lignes au-dessus.

Néanmoins, bien que son open-world reste moins conséquent que celui d’un Red Dead Redemption 2, et ne nous donne pas forcément l’impression de nous déplacer sur de longues distances comme un Breath of the Wild, il a le mérite de nous ouvrir les portes à un excellent bac à sable ou la plupart de nos idées, de nos envies peuvent se concrétiser à l’aide d’un arsenal non-négligeable. Et le plus important, n’oubliez pas que vous avez la possibilité d’être accompagné pour cela d’un ami et ça, ça n’a pas de prix.

Pour un trailer Gameplay, appuyez sur play.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[efb_likebox fanpage_url= »GeekOuPasGeek.fr » box_width= »300″ box_height= » » colorscheme= »light » locale= »fr_FR » responsive= »0″ show_faces= »0″ show_header= »1″ show_stream= »0″ show_border= »1″ ]

Powered by WordPress Popup